Archives de catégorie : citation

Governing by surprise

« What happened here was the gradual habituation of the people, little by little, to being governed by surprise; to receiving decisions deliberated in secret; to believing that the situation was so complicated that the government had to act on information which the people could not understand, or so dangerous that, even if the people could understand it, it could not be released because of national security. »
— Milton Mayer, They Thought they were Free: The Germans, 1933-1945 (1955)

Siracide

« Il en est dont il n’y a plus de souvenir,
Ils ont péri comme s’ils n’avaient jamais existé ;
Ils sont devenus come s’ils n’étaient jamais nés,
Et, de même, leurs enfants après eux. »

– Siracide (ou Ecclésiastique), 44, 9
cité en exergue du roman de Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux (2018).

Tobin

« [I suspect] that we are throwing more and more of our resources, including the cream of our youth, into financial activities remote from the production of goods and services, into activities that generate high private rewards disproportionate to their social productivity. I suspect that the immense power of the computer is being harnessed to this ‘paper economy’, not to do the same transactions more economically but to balloon the quantity and variety of financial exchanges. »
– James Tobin, Hirsch Lecture, 1984

Exulansis

Tiré du magnifique Dictionnary of Obscure Sorrows :

exulansis
n. the tendency to give up trying to talk about an experience because people are unable to relate to it—whether through envy or pity or simple foreignness—which allows it to drift away from the rest of your life story, until the memory itself feels out of place, almost mythical, wandering restlessly in the fog, no longer even looking for a place to land.

La domination

« La défense des dominés n’est pas conditionnée par le fait de savoir s’ils sont aimables ou pas, il faut se battre contre la domination, point. C’est ce que je tente de faire (…) : je parle du milieu populaire de mon enfance, et quand je le fais j’essaye d’être le plus juste possible, et on peut être juste sans amour. »
— Édouard Louis, entretien avec l’Humanité, 14 janvier 2016

How banal

« Everything in this society – in the way we live – conspires to eliminate all but the most banal level of feelings. » — Susan Sontag

« The new rebels might be artists willing to risk the yawn, the rolled eyes, the cool smile, the nudged ribs, the parody of gifted ironists, the ‘Oh, how banal.’ To risk accusations of sentimentality, melodrama. Of overcredulity. Of softness. » — David Foster Wallace

Le bœuf mode

« Je voudrais bien réussir aussi bien que vous ce que je vais faire cette nuit, que mon style soit aussi brillant, aussi clair, aussi solide que votre gelée – que mes idées soient aussi savoureuses que vos carottes et aussi nourrissantes et fraîches que votre viande. En attendant d’avoir terminé mon œuvre, je vous félicite de la vôtre. »
— Marcel Proust, lettre à Céline Cottin, sa femme de chambre, 12 juillet 1909.

Frères en esprit

La date « officielle » de conversion de l’empereur Constantin est le 28 octobre 312, à l’occasion de la bataille du pont Milvius.

Lactance, un intellectuel lui aussi converti au christianisme et qui sera un proche de Constantin, écrit ceci dès l’année 314 :

« [Chez les païens] il n’y a pas d’égalité, et l’inégalité suffit à exclure la justice, qui repose sur le fait que tous les hommes naissent égaux. (…)
On pourrait me rétorquer qu’il y a aussi des riches et des pauvres, des maîtres et des esclaves chez nous, chrétiens. Certes, mais nous les considérons comme des égaux et des frères, car ce qui compte est l’esprit et non le corps ; nos esclaves ne sont asservis qu’en leur corps, en esprit ce sont nos frères. »
(Institutions divines, livre V, trad. Paul Veyne.)

Un bien bel exercice de casuistique qui aura certainement inspiré nos démocraties bourgeoises lorsqu’elles proclamèrent que tous les hommes sont égaux, avant de bien vite ajouter, de peur que l’on ne se méprenne, égaux en droit.