Archives de catégorie : Carnet noir et rouge

Au début, c’était un carnet noir et rouge… Aujourd’hui c’est un weblog.

Mon gros gourdin

J’entends ou je lis souvent que les taxes sur le patrimoine ou la succession, voire sur les revenus, sont injustes. Ou que le refus de changer l’âge de départ à la retraite ou le statut d’une catégorie protégée de salariés est une défense de privilèges injustifiés. Au final, que la volonté de faire contribuer davantage les hauts patrimoines et les entreprises au partage des richesses repose, au fond, sur la jalousie des moins bien dotés, des plus oisifs, de ceux qui ont produits moins d’efforts, de ceux qui partent en vacances ou prennent des congés maladie. Après tout, disent-ils, les inégalités sont naturelles, on ne peut pas faire autrement et même, elles encouragent le progrès.

Ce à quoi je réponds : c’est tout à fait exact. La Nature est formidable, et c’est le dernier juge de tout ce qu’on doit trancher. D’ailleurs moi qui ne suit plus tout jeune, je me rappelle bien de l’époque où on a inventé la civilisation, et c’était la même chose.

En cette douce période néolithique, il n’y avait pas assez de gourdins pour tout le monde. La Nature, dans son infinie sagesse, avait réparti les gourdins de façon — qui en douterait — parfaitement aléatoire. Il était parfaitement naturel, et donc juste, que les homo sapiens équipés d’un gourdin puissent, à l’aide de coups judicieusement placés (ce qui est une compétence que l’on n’acquiert qu’après de longs efforts), s’emparer des champs, des huttes et des femmes de ceux qui n’en avaient pas. Cette perfide civilisation, avec sa police, sa justice, son droit, ses écoles gratuites d’auto-défense et ses droits de l’Homme, toutes choses qui coûtent extrêmement cher au contribuable, était évidemment la mesquine réponse des fainéants et des aigris, en un mot des jaloux.

D’ailleurs certains avaient travaillé dur pour obtenir leur gourdin et se s’élever au-dessus de leur condition. Il fallait abattre un arbre, le transporter, puis le tailler… vous rendez-vous compte de l’effort que cela représente lorsque l’on n’a que ses muscles et un silex ? Et vous voulez, à la fin de leur vie, leur retirer le droit le plus sacré d’enlever votre femme ! Cette absence du respect du travail des autres est écœurante. Voilà bien résumée la détestable idéologie de ces civilisationnistes.

Courage

« Without courage, we cannot practice any other virtue with consistency. We can’t be kind, true, merciful, generous, or honest. »
— Maya Angelou

L’éducation et la raison

« Ni la Constitution française ni même la Déclaration des droits ne seront présentées à aucune classe de citoyens, comme des tables descendues du ciel, qu’il faut adorer et croire. Leur enthousiasme ne sera point fondé sur les préjugés, sur les habitudes de l’enfance ; et on pourra leur dire : « Cette Déclaration des droits qui vous apprend à la fois ce que vous devez à la société et ce que vous êtes en droit d’exiger d’elle, cette Constitution que vous devez maintenir aux dépens de votre vie ne sont que le développement de ces principes simples, dictés par la nature et par la raison dont vous avez appris, dans vos premières années, à reconnaître l’éternelle vérité. Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, qui recevront leurs opinions d’une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auront été brisées, en vain ces opinions de commande seraient d’utiles vérités ; le genre humain n’en resterait pas moins partagé en deux classes, celle des hommes qui raisonnent et celle des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves. » »
– Condorcet, Rapport et projet de décret relatifs à l’organisation générale de l’instruction publique, Assemblée législative, 20 et 21 avril 1792.

Dell’amore

« J’éprouve un charme, dans ce pays-ci, dont je ne puis me rendre compte : c’est comme de l’amour ; et cependant, je ne suis amoureux de personne. »
— Stendhal, Rome, Naples et Florence en 1817

Les horreurs

« Les horreurs viennent toujours d’une petite âme qui a besoin de se rassurer sur ses propres mérites. »
— Stendhal, De l’amour.

L’impatience

« Justice too long delayed is justice denied. »
Maxime juridique citée par Martin Luther King, Jr. au sein de sa Lettre depuis la prison de Birmingham.

Cette lettre fut écrite en 1963 alors que King était enfermé après avoir mené des actions de protestation non autorisées et non violentes dans la ville la plus « ségréguée » du pays, où les violences policières impunies étaient fréquentes. Elle est une réponse à une précédente lettre ouverte, rédigée par huit hommes d’église blancs (sept chrétiens et un rabbin) qui voyaient le combat pour les droits civiques comme juste mais encourageaient la communauté noire à le mener sans enfreindre les lois ségrégationnistes et en prenant patience.

King y déconstruit un à un les arguments des blancs « modérés », et tout particulièrement celui selon lequel le progrès vers la justice serait une marche inévitable, qui adviendra nécessairement (et sans luttes) après un temps suffisant. Les deux dernières décennies ont douloureusement plantées les derniers clous au cercueil de cette idiotie et apportées la preuve du mensonge assumé de ceux qui la propagent.

Je recommande de lire la lettre dans son intégralité.

Governing by surprise

« What happened here was the gradual habituation of the people, little by little, to being governed by surprise; to receiving decisions deliberated in secret; to believing that the situation was so complicated that the government had to act on information which the people could not understand, or so dangerous that, even if the people could understand it, it could not be released because of national security. »
— Milton Mayer, They Thought they were Free: The Germans, 1933-1945 (1955)

Siracide

« Il en est dont il n’y a plus de souvenir,
Ils ont péri comme s’ils n’avaient jamais existé ;
Ils sont devenus come s’ils n’étaient jamais nés,
Et, de même, leurs enfants après eux. »

– Siracide (ou Ecclésiastique), 44, 9
cité en exergue du roman de Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux (2018).

Tobin

« [I suspect] that we are throwing more and more of our resources, including the cream of our youth, into financial activities remote from the production of goods and services, into activities that generate high private rewards disproportionate to their social productivity. I suspect that the immense power of the computer is being harnessed to this ‘paper economy’, not to do the same transactions more economically but to balloon the quantity and variety of financial exchanges. »
– James Tobin, Hirsch Lecture, 1984

Charlatans

A propos du sacre de Bonaparte par Pie VII, le 2 décembre 1804 :

« Je réfléchissais beaucoup toute cette journée sur cette alliance si évidente de tous les charlatans. La religion venant sacrer la tyrannie, et tout cela au nom du bonheur des hommes. »
– Stendhal