Archives de catégorie : Carnet noir et rouge

Au début, c’était un carnet noir et rouge… Aujourd’hui c’est un weblog.

Frères en esprit

La date « officielle » de conversion de l’empereur Constantin est le 28 octobre 312, à l’occasion de la bataille du pont Milvius.

Lactance, un intellectuel lui aussi converti au christianisme et qui sera un proche de Constantin, écrit ceci dès l’année 314 :

« [Chez les païens] il n’y a pas d’égalité, et l’inégalité suffit à exclure la justice, qui repose sur le fait que tous les hommes naissent égaux. (…)
On pourrait me rétorquer qu’il y a aussi des riches et des pauvres, des maîtres et des esclaves chez nous, chrétiens. Certes, mais nous les considérons comme des égaux et des frères, car ce qui compte est l’esprit et non le corps ; nos esclaves ne sont asservis qu’en leur corps, en esprit ce sont nos frères. »
(Institutions divines, livre V, trad. Paul Veyne.)

Un bien bel exercice de casuistique qui aura certainement inspiré nos démocraties bourgeoises lorsqu’elles proclamèrent que tous les hommes sont égaux, avant de bien vite ajouter, de peur que l’on ne se méprenne, égaux en droit.

Pleasure and pain

« But now realise that TV and popular film and most kinds of ‘low’ art – which just means art whose primary aim is to make money – is lucrative precisely because it recognises that audiences prefer 100 per cent pleasure to the reality that tends to be 49 per cent pleasure and 51 per cent pain. Whereas ‘serious’ art, which is not primarily about getting money out of you, is more apt to make you uncomfortable, or to force you to work hard to access its pleasures, the same way that in real life true pleasure is usually a by-product of hard work and discomfort. So it’s hard for an art audience, especially a young one that’s been raised to expect art to be 100 per cent pleasurable and to make that pleasure effortless, to read and appreciate serious fiction. That’s not good. The problem isn’t that today’s readership is ‘dumb’, I don’t think. Just that TV and the commercial-art culture’s trained it to be sort of lazy and childish in its expectations. »
– David Foster Wallace, in a 1993 interview.

En écoutant Enya

Saudade

José de Almeida Júnior, Saudade (1899, Pinacothèque de l’État de São Paulo)

« Je parle d’un sentiment plus proche de la notion portugaise de saudade, une personne, un lieu ou un sentiment de la vie irrémédiablement perdu ; une ombre intime qui vous accompagne partout et qui, même si vous l’oubliez le plus souvent, peut à tout moment vous déchirer le cœur, une sentimentalité obstinée, une violente colère à l’idée que vous n’êtes pas là où vous aimeriez être, une mélancolie irrationnelle et enfantine, née de la conviction que vous vous êtes vous-même induit en erreur et dupé en épousant un mode de vie auquel vous n’avez jamais réussi à adhérer complètement. »
– Jim Harrison, En Marge

Le langage

« Les travaux par lesquels LeBov fut connu, finalement, traitaient du problème du langage, le mot problème étant, selon lui, un euphémisme. Il soutint durant la plus grande partie de sa vie professionnelle que le langage devait être compris, abstraction faite de son utilité marginale en tant que technique de communication – peut-on honnêtement dire que ça fonctionne ? – comme une pollution. »
— Ben Marcus, L’Alphabet de flammes

Here I Am

« No baby knows when the nipple is pulled from his mouth for the last time. No child knows when he last calls his mother ‘Mama.’ No small boy knows when the book has closed on the last bedtime story that will ever be read to him. No boy knows when the water drains from the last bath he will ever take with his brother. »
– Jonathan Safran Foer, Here I Am

Art kills time

“Art’s a funny thing, doesn’t seem to have any connection with our lives, just gets itself made—and when it is good there’s no time in it at all. Kills time, that’s art. Brings up a lot of old ideas we thought were dead. Not dead at all. Time can’t kill anything, says art. Art kills time.”
— William Carlos Williams, A Voyage to Pagany

Peau de chagrin

« L’amoureux veut mettre sa maîtresse dans la soie, la revêtir d’un moelleux tissu d’Orient, et, la plupart du temps, il la possède sur un grabat. L’ambitieux se rêve au faîte du pouvoir, tout en s’aplatissant dans la boue du servilisme. Le marchand végète au fond d’une boutique humide et malsaine, en élevant un vaste hôtel, d’où son fils, héritier précoce, sera chassé par une licitation fraternelle. Enfin, existe-t-il chose plus déplaisante qu’une maison de plaisir ? Singulier problème ! Toujours en opposition avec lui-même, trompant ses espérances par ses maux présents, et ses maux par un avenir qui ne lui appartient pas, l’homme imprime à tous ses actes le caractère de l’inconséquence et de la faiblesse. Ici-bas, rien n’est complet que le malheur. »

« J’avais, sans doute, trop de naïveté pour une société factice qui vit aux lumières, qui rend toutes ses pensées par des phrases convenues, ou par des mots que dicte la mode. »

« Au moment, où tout à fait absorbé par sa douce rêverie, Raphaël avait oublié son journal, Pauline le saisit, le chiffona, en fit une boule, le lança dans le jardin et le chat courut après la politique qui tournait, comme toujours, sur elle-même. »

— Honoré de Balzac, La Peau de chagrin