Archives de catégorie : blogging

Discussions générales, liens…

Top 2015 (#30)

Cette année fut, musicalement, une des plus satisfaisantes depuis que je garde une trace de mes admirations. Je ne peux certes pas y chercher de raisons objectives, mais peut-être est-ce en partie parce que les albums qui constituent le haut de mon classement se sont imposés plus immédiatement que les années précédentes. On ne résiste pas à l’argument de la beauté, surtout lorsqu’il se réitère à quelques semaines d’intervalles.

C’est l’une des raisons pour laquelle je m’autorise cette année à classer 30 disques, et qui plus est à tricher avec des ex-aequo à deux reprises. Ce n’est pas très sérieux de ma part.

30. Un paquet cadeau avec cinq bons albums d’indie rock anglo-saxons

Voilà, je commence mal. En trentième place, cinq disques très plaisant, creusant un sillon assez connu pour les gens de ma génération, et dans lequel il serait absurde de prétendre qu’une part de nostalgie ne joue pas. Ce fameux rock indé des années 90, ici bien réalisé, sans désir de révolution mais sincère. Il y a vingt ans, ces groupes auraient été en couverture des journaux, ils auraient été à l’affiche des festivals d’été. Aujourd’hui c’est une niche avec un passé glorieux. Je ne crois pas trop à la hiérarchie des genres implicite dans notre petit milieu. J’accepte volontiers que les albums de Kendrick Lamar ou de Arlt sont fantastiques pour ceux qui les aiment, mais je ne crois pas à une supériorité intrinsèque qu’ils auraient, à une crédibilité supérieure. Tout ce folklore est assez ridicule, au final, lorsqu’on écoute quelques pages du Sacre du Printemps, composé il y a 102 ans. Bref, je suis heureux que de tels disques continuent d’exister, que de jeunes groupes s’y emploient, et que l’on continue de composer des morceaux avec des power chords en 2015.

Hop Along – Painted Shut

S’il y a un de ces artistes à suivre, c’est certainement Frances Quinlan, qui signe ici une dizaine de morceaux vraiment très prometteurs.

Adventures – Supersonic Home

J’ai envie d’avoir leur âge et de rejoindre leur groupe, là, maintenant.

Antartigo Vespucci – Leavin’ La Vida Loca

Chris Farren et Jeff Rosenstock (qui a produit cette année un album que l’on retrouvera très haut dans ce classement) vivent à deux opposés des Etats-Unis et ont chacun leur autre, vrai, groupe. Je ne sais pas comment ils font, mais c’est le deuxième album de pépites power-pop en deux ans qui nous arrive de ces deux là.

Trust Fund – Seems Unfair

Voix de tête + pédales fuzz : what’s not to like ?

The World Is A Beautiful Place & I Am No Longer Afraid To Die – Harmlessness

Un album un peu plus ambitieux, pour finir.

Camisole

Magnifique Frédéric Lordon ! Le parti de la liquette, 9 octobre 2015.

« Tautologiquement, des colères qui ne se trouvent plus aucune solution de symbolisation, n’ont plus accès qu’à des expressions désymbolisées : l’explosion de rage. Mais à qui doit-on ces impasses dont ceux qui s’y trouvent coincés n’ont plus que la ressource de faire péter un mur pour en sortir ? À qui sinon à ceux qui ont aménagé l’impasse même, bétonné le débat, répété l’inéluctable état des choses, pédagogisé sa nécessité, ridiculisé, disqualifié et finalement fait barrage à toute idée critique, donc empêché toute formation d’une perspective politique alternative qui aurait fait réceptacle ? »

Je ne me suis jamais beaucoup intéressé aux éditorialistes de la presse quotidienne, et à Laurent Joffrin en particulier ; il reste encore beaucoup trop de grandes choses que je n’ai pas lues pour perdre mon temps avec du vite-écrit franchouillard. Je ne connaissais donc pas bien la carrure intellectuelle de ce Jaurès contemporain jusqu’à ce que je l’entende il y a quelques jours sur France Inter, face à un confrère du Figaro, et donc dans la position d’apporter un point de vue de “gauche” dans un énième débat sur le droit du travail. Une chose devint immédiatemment claire : si le salarié français a Laurent Joffrin comme ami, il n’a pas besoin d’ennemi.

Sacre

Deux approches merveilleuses autour du Sacre du Printemps.

En premier : 46 enregistrements différents d’une petite partie de l’œuvre, découpés et assemblés côte à côte, et qui offrent une vue très intéressante sur les différences entre les orchestres et les interprétations.

Ensuite, tout le Sacre avec la partition qui défile, pour le plaisir des oreilles et des yeux :

Tellement vrai

Ad Virgilium : « Pour la millième fois, on me demande de chiffrer une fonctionnalité, pour la millième fois je réponds que je ne peux chiffrer que des tâches techniques et qu’il n’y a pas de correspondance évidente et immédiate entre les deux. Je mets en place la nouvelle méthode ou le nouvel outil de développement à la mode, ils n’apportent rien de plus que les précédents et changeront dans six mois, mais on est des geeks, on est bien obligé de rester à la pointe, tu comprends. »

Invicible

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate :
I am the captain of my soul.

William Ernest Henley, Invictus (1875).

Parabole

Parable of the Polygons est l’une des pages web les plus importantes que j’ai vues cette année. Avec des règles mathématiques très simples, elle montre l’effet cumulatif que peuvent avoir de petits préjugés individuels sur l’ensemble d’une société.

Puis, dans une articulation surprenante, elle montre l’efficacité (ou non) à contrebalancer une situation de départ inégalitaire par la diminution des préjugés individuels.

Ce qui est particulièrement magnifique est que seule la logique la plus systématique (et la plus abstraite) est employée ; très peu de subjectivité là dedans.</l’informaticien autiste>

Tout ça est en plus très marrant, avec de jolis dessins mignons et des petits jeux très rapides.

Faites moi plaisir, courez regarder ça. (Et fuyez la traduction “française”, baclée et ignoble.)