Rétrospective 2020 (14)

Où l’on s’approche enfin du terme, ridiculement tardif, de cette rétrospective.

Laura Marling – Song For Our Daughter

Un nouveau disque impeccable pour Laura Marling, c’est une joie attendue et confirmée. Laura n’a pas d’enfants et à 30 ans, elle est à l’âge où elle peut autant adresser ce Song For Our Daughter à la jeune fille qu’elle était encore il y peu, qu’à l’enfant qu’elle aura peut-être, pour leur dire le tragique du monde. Un album de folk sobre et poignante, encore plus minimal dans les vidéos qui l’accompagnent, dont les arrangements de cordes sont absents. Mais la prise de vue sur le vif souligne l’intensité splendide de la voix et du jeu de guitare de Laura Marling.

Grandaddy – The Sophtware Slump… on a wooden piano

The Sophtware Slump était le deuxième album de Grandaddy, sorti en 2000, et le disque qui les a amené à un succès durable. C’est un véritable joyau, dont toutes les chansons sont magiques. Vingt plus tard, Jason Lytle a décidé d’en sortir une version réarrangée pour un simple piano et sa voix (ainsi que des arrangements de cordes sur certains morceaux), à l’instar des démos initiales. Avec n’importe quel autre artiste, cela aurait probablement été anecdotique, mais ici cela donne un album essentiel dans la discographie du groupe, magnifiant chaque chanson en retournant à son essence, et sublimant la voix de Jason Lytle.

Natalia Lafourcade – Un Canto por México, Vol. 1

Natalia Lafourcade est une artiste mexicaine qui a connu depuis vingt ans un très grand succès dans son pays, avec une pop mainstream empruntant au rock et à la chanson hispanique… et qui ne m’excite pas plus que ça. Depuis quelques années elle a cependant pris un virage plus intéressant en se plongeant dans la musique traditionnelle de son pays, et particulièrement de la région de Veracruz où elle a grandit (les deux volumes de Musas). Ce Canto por México poursuit dans cette veine (les profits étant destinés à un but caritatif, la reconstruction d’un centre culturel détruit par un séisme). Il s’agit donc de chansons, pas forcément traditionnelles mais arrangées dans cet esprit, chantées par la voix magnifique de Natalia Lafourcade et dans le goût très sûr qui fait la marque de sa production discographique récente.

Pas de vidéo marquante tirée de ce disque, mais une Tiny Desk session du répertoire des Musas datant de 2017, tout à fait dans le même esprit :