Rétrospective 2020 (13)

Aujourd’hui, trois artistes francophones très différents mais également aimables.

Nicolas Michaux – Amour Colère

Les chansons rock élégantes sur le deuxième album du bruxellois Nicolas Michaux se partagent bel et bien entre les deux seuls sentiments honnêtes de l’époque : l’amour ou la colère. Entouré d’un groupe au groove impeccable, l’auteur-compositeur réitère la réussite de son précédent disque (A la vie, à la mort, 2016) : paroles travaillées et intelligentes en deux langues (anglais ou français), musiques solidement rythmées et tout à fait captivantes, maîtrise des guitares dûment notée. Nicolas Michaux est certainement entrain de devenir l’un de nos chanteurs francophones en activité préféré.

Yuksek – Nosso Ritmo

Je ne vais pas faire le malin à propos de Yuksek, dont je n’avais pas écouté la moindre note (malgré 3 précédents albums) avant la toute fin d’année 2020. Comme beaucoup de normies, j’ai découvert le DJ disco-house français grâce à son génial mix hebdomadaire « Dance’o’drome » sur Radio Nova (les samedi à 19h). Il se dit que Nova bat des records d’audience avec ce show, dans une période difficile pour la musique, et c’est doublement mérité, à la fois pour la qualité des mixes de Yuksek et de ses invités, et pour la pérennité d’une des meilleures radio du monde, dont on ne peut que se sentir privilégier de bénéficier depuis plus de 30 ans (à quand des rues et des salles de concert nommées d’après Jean-François Bizot ?!!).

L’album Nosso Ritmo aligne les tubes pop-house influencés par l’Amérique Latine, dans la droite lignée du Dance’o’Drome (mais j’inverse la réalité chronologique). On y entend, je trouve, des traces de Gui Boratto, de Matias Aguayo, de soul new-yorkaise, et surtout on y retrouve cet esprit de la fin des années 90s où la musique électronique ne visait pas que les clubbers et savait proposer des chansons. Quoi qu’il en soit, même enfermés dans nos maisons, grâce à Yuksek ça danse le samedi soir !

Michel Cloup Duo & Pascal Bouaziz – A la ligne – chansons d’usine

Mettre en musique les textes du jeune écrivain Joseph Ponthus apparait a posteriori tellement logique pour nos deux chanteurs rock les plus socialement et politiquement pertinents. A la ligne était un livre basé sur l’expérience directe de Joseph Ponthus, sur ses journées d’ouvrier en usine agro-alimentaire. L’album qu’en ont tiré Michel Cloup et Pascal Bouaziz est fascinant, à la fois dur à écouter (l’aliénation en mots est violente mais abstraite, en musique elle prend aux tripes) et, par un contraste désarçonnant, parfois d’un humour irrésistible (le mantra « J’égoutte du tofu » répété ad nauseam (précisément ad nauseam) devient une catharsis hilarante dans le contexte de l’album). Quelle discographie indispensable que celle du Michel Cloup Duo !

« Il faut que la production continue ! »