Chochottes

DéCHIFFRAGES – Jean-François Couvrat : Urgence à l’Hôpital.

La question m’angoisse depuis longtemps : pourquoi sans cesse supprimer des postes et des budgets dans l’hôpital public ? Pourquoi refuser de financer notre santé, notre détresse physique, la dignité de nos derniers jours (et prêter à taux 0% des milliards d’euro à des banquiers qui n’ont pas eu un seul centime de pertes depuis deux ans) ? Suis-je falot de penser qu’il n’y a à peu près rien de plus important que ça ?
D’autant que les arguments avancés, cette insinuation que nous serions un pays de chochottes habituées à un luxe intenable dans le monde tel qu’il est, ne tiennent pas :

En France,

  • Moins de journées de soins aigus par habitants et par an qu’en Belgique ou en Allemagne
  • Moins de lits de soins aigus par habitants qu’en Hongrie ou en Corée
  • Moins d’infirmières par lit de soins aigus qu’en Italie ou au Royaume-Uni
  • Moins de dépenses de santé publique par habitant qu’en Autriche ou aux Etats-Unis

(Tous ces chiffres proviennent de l’OCDE et de l’Insee, ils sont détaillés et commentés sur le weblog cité au début.)

Un commentaire

  1. Ce que tu constates avec l'hôpital public se passe également pour les autres services publics. Pour dire les choses simplement (et sans verser dans le complot), il s'agit de tout saboter pour arriver ensuite à la conclusion que "le service public, ça ne marche pas" (pas nouveau mais très efficace à force d'être répété). Après, il te suffit de passer peu à peu à la concurrence avec le privé ainsi que le prévoit déjà les textes de l'OMC et de l'UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *