Sfar

« Le dessin qui fait trop plaisir aux gens, c’est souvent qu’il manque d’intelligence parce qu’il se contente de redire ce que de nombreux dessins ont dit avant lui. Ce dessin-là relève plus du geste de l’artisan que de l’esprit du poète. Le dessin qu’apprend à rechercher le dessinateur, c’est le dessin juste. (…)
Ce dessin que j’aime, le dessin juste, est construit en intelligence avec la réalité. C’est un dessin qui exprime l’amour de la réalité et qui tente non pas de la reproduire mais plutôt de la comprendre ; le dessin juste est amour du réel. Il a l’humilité de l’explication de texte, c’est-à-dire qu’il ne s’embarasse pas de dégradés et de sfumatos qui font joli et qui font croire au détenteur de l’œuvre qu’il possède aussi le modèle. »
— Joann Sfar, Le Banquet, de Platon, illustré par.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *