Franzen

« Aujourd’hui, MTV, c’est devenu anodin, juste très ennuyeux, mais, à l’époque [le milieu des années 90], c’était vraiment un emblème de l’état d’esprit général. Vingt-quatre heures non stop de programme « cool », et quiconque le regardait ne pouvait en conclure qu’une chose, c’est qu’il ou elle n’était pas suffisamment « cool ». (…)
Il fallait donc un certain courage pour refuser d’être « cool » et aussi obligatoirement décontracté que la mode vous obligeait à l’être, mais si vous le faisiez, vous découvriez bientôt que certaines personnes vous en savaient gré. Parce qu’elles se retrouvaient dans votre refus. L’acte littéraire commence par ce refus d’appartenir. »
— Jonathan Franzen, Les Inrockuptibles n°408

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *