Top 2015 (#16)

16. Natalie Prass – s/t

Avec ses arrangements un brin indie, un brin soul, un brin Great American Songbook, un brin 70s, une petite touche Broadway, et plus de trente musiciens dans les crédits, le premier album de Natalie Prass n’est pas aussi personnel, pas aussi favorable au coup de foudre immédiat que d’autres disques plus incarnés de chanteuses compositrices actuelles.

Pourtant les écoutes ultérieures révèlent peu à peu, dans cette petite dizaine de chansons au romantisme délicieusement anachronique, une production magnifique (notamment des arrangements chambristes impeccables) et une voix qui sait jouer sur ses forces, particulièrement sur les morceaux les moins rock. Au final c’est un album auquel on sera revenu comme à un camarade, comme à une évidence : peu de choses aussi splendides et aussi richement orchestrées nous ont accompagnées cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *