Le désir

« Ceux qui gagnent leur vie en travaillant tous les jours n’ont rien qui les aiguillonne à se rendre serviables que leurs besoins, qu’il est avisé de vouloir soulagé, mais qu’il serait insensé de guérir. La seule chose qui donne à un homme de l’ardeur au travail, c’est un salaire modéré. […] Il découle de tout cela que dans une nation libre où l’esclavage est interdit, la richesse la plus sûre consiste en une masse de pauvres de mentalité travailleuse. Outre le fait qu’ils constituent une source intarissable pour l’approvisionnement de la flotte et de l’armée, il n’y aurait pas sans eux de jouissance possible. […] Pour rendre la société heureuse et satisfaire le peuple, malgré le besoin dans lequel il se trouve, il faut que la grande majorité demeure à la fois dans l’ignorance et la pauvreté. Le savoir élargit et multiplie nos désirs, et moins un homme désire, plus on peut facilement satisfaire ses besoins. »
— Bernard de Mandeville, Remarques sur la Fable des Abeilles (1714)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *