Top 2015 (#13)

13. Anna Von Hausswolff – The Miraculous

Anna à quelques encablures du Cercle Polaire, maltraitant l’un des plus grands orgues d’Europe, criant d’une voix de Reine de la Nuit imprécatoire ses incantations ténébreuses, tandis qu’un continent entier barbotte dans l’égoïsme le plus veulement bourgeois, dans le crétinisme le plus anti-intellectuel.

L’année s’est complu de paroles creuses, de faits mal étayés, d’opinions bancales, d’exigences irrationnelles, du bruyant néant de vos langues qui remuent, de vos doigts qui tapotent, de vos caméras qui figent, de votre inculture, de votre paresse, de votre impuissance sublimée, de votre absence de curiosité et d’exigence, de votre médiocrité apeurée. « NE ME PARLEZ PAS » suppliait Fuzati.

Anna, pour peu que tu montes le volume au plus haut, balaye tout cela, à coups de tonnerre frappant la toile sonore, à coups de battements et de souffles, à grandes larmes de black pop — comme il y a un black metal, extrême et délibérément conçu pour s’aliéner les cons. On ne peut se souhaiter de meilleur vœu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *