The Lumineers

Lieu commun du jour : le succès est absolument imprévisible.

Qui aurait pu prédire, par exemple, que la folk sympathique de Mumford & Sons leur permettrait de vendre des brouettes d’albums et de gagner deux Grammy, alors que les trois albums magnifiques, par instant dylanesques, de Vandaveer ne lui ont apporté qu’un succès critique et le circuit indé ?

De même, j’avais écouté le premier album des Lumineers avec plaisir lors de sa sortie, mais l’avait remisé sans même y penser, sans me douter que le reste de l’année 2012 les verrait grimper les charts américains, atteignant la deuxième place (tous genres confondus !) en janvier 2013. C’est un beau concert à emporter qui m’a mis au parfum :

Joel, mon meilleur ami et ingé son de nos films, m’avait envoyé leur album en mars dernier. Personne ne les connaissait alors, et c’était un plaisir de les faire découvrir, de voir les gens sourire, fondre, taper du pied alors qu’ils découvraient le disque.

Puis quelque chose d’inattendu est arrivé. Quelque chose qui arrive assez rarement aux artistes folk indé.

Ils sont devenus énormes.

Voici donc les Lumineers, et effectivement derrière ces petites chansons sans prétention apparente se révèle un splendide album auquel on revient souvent. D’autant plus qu’il y a un violon, marque incontestable de bon goût.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *