The new girl in town that everyone wants to fuck

Luke Haines - Bad Vibes coverPour moi, la lecture de l’année au rayon “Musique”, ça aura été Bad Vibes, du bad boy Luke Haines (même s’il date de 2009). Des mémoires acides au sous-titre plus qu’évocateur : Britpop and my part in its downfall. Bien sûr, la chute est celle de son groupe, The Auteurs, responsable de trois fabuleux albums dont les deux derniers n’ont jamais atteint les chiffres de vente du premier — sauf en France, oh the shame! pour un englishman, bien plus que celle d’Oasis et ses pairs. Luke Haines n’aime personne, pas les autres groupes anglais de l’époque (les 90s), pas les américains qui restent complètement indifférents à sa musique, pas les gens de l’industrie du disque, et même pas les membres de son groupe — l’un d’eux ne sera même jamais nommé par son nom, juste the Cellist.

C’est extrêmement drôle, jouissif si on a vécu même avec distance les grandes heures de la britpop (Damon Albarn et les frères Gallagher, entre autres starlettes, passent pour des gros cunts), les notes de bas de page sont les plus géniales depuis l’invention de l’imprimerie, et le personnage le plus pitoyable dans tout cela est Luke Haines lui-même, vélléitaire et snobinard, incapable de se contrôler et orgueilleux, mais délicieusement sarcastique comme seul un anglais peut l’être. Et, avec Morrissey probablement, l’un des seuls rockers qui sait écrire avec style.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *